Mirissa

Le 14 janvierMirissa est un tout petit village ou mis à part la plage, le sable et les cocotiers, il n’y a rien d’autre à faire. D’après Lonely « Merissa est un endroit idyllique que seuls les fous ont envie de quitter ! » et bien c’est ce que nous ferons demain, mais là c’est une autre histoire qui remonte cette fois ci à : il y a 25 ans…
Aujourd’hui nous avons pris un premier bus jusqu’à Weligama puis un second pour Galle.

joueurs de criket.JPG

Galle est la 4ème plus grande ville de Sri Lanka. Elle se compose de la vieille ville située dans le fort et les nouveaux quartiers qui se trouvent au delà du Galle International Cricket. Ravagé par le tsunami de 2004, le quartier commerçant de la ville nouvelle a été très vite reconstruit, de nombreux habitants ont péri.

ramassage ordures.JPG

La vieille ville a été protégée par ses remparts. Dans la vieille ville cohabitent des vieux bâtiments administratifs, des maisons coloniales hollandaises.

police.JPG
restauration d'un batim.JPG

De nombreux travaux de restauration sont entrepris et le fort compte de somptueuses villa- boutiques, des cafés, des hôtels appartenant à des artistes locaux et étrangers, des musées, des écoles, des entreprises.

mosquée.JPG

(la mosquee) Le fort a été édifié en 1663. Il figure au patrimoine mondial de l’Unesco. L’intérêt de Galle c’est de flâner dans les ruelles du fort et dans les rues animées de la ville nouvelle.

homme et stand.jpg
ville nouvelle.JPG

Au retour nous nous arrêtons de nouveau à Weligama qui nous semble plus vivante avec ses boutiques, ses bouibouis pour manger, son internet, et comme il y a moins de guest house, il n’y a qu’une poignée de touristes. En cherchant une guest house qu’une personne nous avait indiqué, nous tombons sur une pancarte qui évoque pour nous de nombreux souvenirs.

pancarte raja gh.JPG

Raja, nous avions habité dans sa famille près d’une semaine en 1986, un mois avant notre mariage. Dommage je n’ai pas prise la photo d’il y a 25 ans (mais je la mettrais dès mon retour en France) car je ne pensais pas retrouver cette fois ci cette adresse. Je pense que nous avons un good feeling avec les gens que nous avons aimé en voyage pour les retrouver ainsi.

nous 3 de plein pied.JPG

Raja pour moi c’est tous les repas cuisinés à l’huile de noix de coco et les hauts de cœur que parfois cela me donner, ceux sont les langoustes grillées et badigeonnées à l’huile de noix de coco, et les cœurs en or que nous avions fait faire chez un de ses amis bijoutier avec des pierres précieuses correspondant à nos mois de naissance ou à nos signes astrologiques. Moi, je l’ai toujours et françois a perdu le sien en Inde. Les coeurs étaient aussi gravés de nos initiales. François se rappelle avoir partager des pétards avec Raja et qu’il nous ai emmené à une devil’s dance ou plus précisément à un exorcisme. Il n’a pas changé toujours beaucoup d’énergie, le même regard, la même démarche, il avait appris à François à mettre parfaitement un sarong. Voilà pourquoi demain nous quittons Mirissa et sans l’ombre d’un regret.
Le 15 janvierNous voici installé chez Raja. 1500 rps la chambre. Quand vous êtes au bus stand prenez la route du bord de mer puis sur la droite.

weligama 1.JPG

Nous avons flâné dans la ville qui a un vrai cœur de ville,

weligama 2.jpg
wine shop.JPG

dans les ruelles plus éloignées

ruelle tranquille.JPG
les enfants.JPG

et sur le bord de mer.

la plage.JPG
la plage 2.JPG

Raja nous a parlé du tsunami. En 12 mn il a tout perdu, 5 membres de sa famille dont son frère et son père qui a péri en voulant aider d’autres personnes, sa maison qui était aussi sa guest house qui se situe à 100 m du bord de mer. Il a mis 4 ans pour reconstruire sa guest house qui désormais n’est plus sa maison familiale. 30.000 personnes sont mortes car personne ne savait ce qu’était un tsunami, ils ont vu la mer se reculait mais n’y ont vu aucun danger. L’eau est remontée très vite, en 12 mn tout était fini. Raja a eu le temps de courir 100 m plus haut, il avait de l’eau jusqu’aux aisselles, s’il était resté dans sa maison, il serait mort. Certaine maison aux alentours sont encore détruites et inhabitées depuis. L’aide étrangère a aidé à la reconstruction et il y a eu beaucoup de dons de vacanciers séjournant ou ayant séjournés au Sri Lanka.

5 commentaires

Classé dans Sri Lanka 2011